Un jour, au détour d’un chemin…

1995. Éric et Aline parcourent les routes de l’Ardèche en moto. Gorges, maquis, champs de vigne et d’oliviers, les terres de la région ont du caractère. Ils sont séduits. Au détour de vieux chemins, abandonnées dans la campagne, ils découvrent d’anciennes fermes en ruine. Une en particulier retient leur attention.

Nous avons été séduits par le corps de ferme initial en pierre. Les deux cours, le petit pont, le pigeonnier et son clos fortifié témoignaient de la qualité architecturale de la bâtisse et de la richesse de son histoire

Son extraordinaire potentiel apparaît immédiatement à Eric, il l’achète sans tarder.

Faire renaître l’esprit du lieu

Six mois d’étude et vingt-deux mois de travaux plus tard, à la place des ruines désertées se tient l’hôtel qu’il a imaginé.

Pour en arriver là, il a fallu décrouter les pierres, rénover ou monter les murs, ouvrir des baies, créer de nouvelles arches. C’est du temps, et beaucoup de patience. Surtout que les obstacles ont été nombreux.

Car Éric a voulu redonner une seconde vie à la ferme, sans compromettre son authenticité.

L’ensemble des matériaux sont régionaux, et notamment les pierres que nous avons extraites d’une ancienne carrière située au fond de la forêt du domaine.

Moderniser le bâtiment et respecter les normes hôtelières en vigueur sans dénaturer le bel équilibre de son architecture première lui ont demandé de trouver des solutions ingénieuses. Le budget était serré, et il n’avait pas d’aides financières.

Le pivot de ce chantier fut le maçon qui a apporté tout son savoir-faire dans la réalisation de l’ensemble des travaux liés aux vieilles pierres.

Il a tenu à avancer main dans la main avec les hommes de la région. « Tous les artisans étaient ardéchois», affirme-t-il, avant de saluer « ces artisans de premier ordre qui sont devenus des amis. »

Respecter Dame nature

Éric a aussi tenu à intégrer dans la structure du bâtiment des installations écoresponsables. Au lieu d’une citerne ou d’une piscine classique, il a préféré opter pour une piscine naturelle afin qu’elle s’intègre parfaitement au paysage. La nature a des lois complexes, et le bassin a mis du temps à vivre au rythme du lieu. Aujourd’hui cependant, il possède son propre écosystème d’où la vie surgit avec toujours plus de force.

Et il n’a pas l’intention de s’arrêter là.

Nous allons porter notre effort sur la valorisation de la forêt. Nous avons pour objectif de planter des arbres qui correspondent aux patrimoines historiques du lieu (chênes verts, chênes blancs, châtaigniers, fruitiers, oliviers, etc.)

Une alchimie réussie

Éric s’est longtemps dévoué à ce petit bout de ferme abandonnée. Aujourd’hui, il est heureux de constater qu’elle est pour les visiteurs, amis, famille et clients un lieu de bienfaits, source d’harmonie.

Et sur Internet, les clients ne tarissent pas d’éloges.

Les commentaires des clients illustrent cette alchimie réussie. Ils qualifient le lieu de havre de paix et apprécient la restauration du bâtiment, le plaisir de la piscine naturelle et la gentillesse des hôteliers.