Retour aux temps de la préhistoire, chez les Aurignaciens. Nous partons visiter la caverne du Pont-d’Arc, une réplique de la grotte Chauvet, l’une des plus anciennes du monde. 36 000 plus tard, les œuvres de ces hommes nous touchent encore.

Les Aurignaciens, ces maîtres d’art

Tout y est : l’humidité, l’effondrements du sol et ses concrétions, les ossements et les crânes des ours venus mourir dans l’antre sombre de la grotte, et surtout, les œuvres des hommes qui, il y a des dizaines de milliers d’année, sont venus affronter l’obscurité pour la beauté du geste.

On y découvre plusieurs dessins de pigments rouges, des traces de mains, et des gravures. Magistraux, les panneaux d’animaux – lion des cavernes, rhinocéros laineux, mammouth, renne, cerf, cheval sauvage – montrent un art sophistiqué de la composition. Adaptés aux reliefs de la roche, ils devaient s’animer à la lueur du feu.

Dans la galerie de l’Aurignacien, nous découvrons les modes de vie de nos ancêtres, loin des clichés grossiers associés aux hommes de la préhistoire.